12. Les maîtres ascensionnés existent.


C'est bien sûr étonnant de commencer par le chapitre 12. Pourtant, ça apparaîtra moins déraisonnable si on souligne que les hommes ont l'habitude de faire tout à l'envers. Il existe un nombre important d'écoles de toutes sortes, de méditation, d'ésotérisme, d'occultisme, de yoga, qui nous exposent toutes sortes de techniques pour parvenir au nirvana, à la réalisation du soi, à la méditation, et c'est ça vraiment qui consiste à faire les choses à l'envers.

  Par exemple, dans le yoga qui nous parle de la posture, il s'agit en général du hatha yoga, on nous fait faire des étirements, des torsions, des exercices respiratoires pendant une demi heure, pour atteindre un état de méditation correcte, alors que dans les yoga sutras il est clair que le but de la méditation est atteint par la dévotion à Ishvara (qui est un des mots sanscrits pour parler du Christ entendu comme la Lumière sans forme qui enveloppe toutes les formes) et que la posture adoptée, certes, doit être stable et aisée, mais la stabilité et l'aisance de la posture se réalisent sans effort, pourrait-on dire, puisqu'il s'agit d'un effort léger et soutenu pour maintenir le mental centré sur l'infini.

  On voit souvent la même chose dans l'ésotérisme, il existe des centaines de bouquins qui présentent autant de théories plus ou moins justes, il y en a qui sont tout à fait correctes, il faut le reconnaître, mais pour les suivre, on doit emprunter un chemin tortueux et pénible qui va au bout du compte nous révéler l'existence de ces Etres mystérieux qu'on appelle des Maîtres et qu'il ne faut pas confondre avec les gourous, la différence entre les deux étant que les uns sont ascensionnés et les autres non.

  Il se trouve que les Maîtres qui sont ascensionnés sont passés par toutes les étapes de l'incorporation pour parvenir à leur Maîtrise et que, de ce fait, ce qu'ils ont à dire est bien plus utile que ce que peuvent dire les autres, ou leurs livres, qui n'émanent pas de la même expérience et se réfèrent seulement à une expérience humaine inaboutie.

  Il s'agit la plupart du temps de ne pas choquer l'entendement du lecteur ou de l'étudiant, qu'on prépare par cette manière avec de petites vérités à entendre des vérités plus grandes. Si les vérités plus grandes ne viennent pas, on risque bien sûr et c'est ce qui arrive, de tourner en rond dans son mental en le laissant errer sur les limites du fini au lieu de tourner son attention sur l'infini.

  Pourquoi donc ne pas aller droit au but, et dire d'emblée que le but de l'existence n'est pas la mort mais l'ascension et que les vérités énoncées par les Maîtres qui l'ont atteinte risquent moins de nous encombrer que n'importe quel verbiage mental. Ainsi le Maître Morya avance l'idée que chaque fois que c'est possible, c'est l'enseignement le plus élevé qui doit être donné. Il raconte ici et là, par exemple ici, l'expérience qu'il a vécue avec les Maîtres Kutumi et Djwal Khul, par laquelle il a donné à l'Europe des enseignements christiques à travers Helena Blavatsky et Alice Bailey, expérience qui a montré que le mental humain ne pouvait pas intégrer ces enseignements s'il n'intégrait pas d'abord la connaissance plus élevée que c'est le AYAM individualisé dans la personne qui est la seule compréhension. Il se réfère pour cela au nombre des ascensions qui ont été accomplies par cette voie, et au nombre des ascensions mille ou dix mille fois plus élevé  qui ont été accomplies grâce à l'enseignement de la présence magique AY AM Je Suis.

  Tout le monde, disons plutôt : nombreux sont ceux qui ont à l'esprit l'expérience du Maître Jésus qui a donné un exemple de l'Ascension tel qu'il est reste ancré dans la mémoire éthérique de la planète et que tout le monde peut s'y référer. On peut mieux comprendre aujourd'hui en quoi consiste cette Ascension, il suffit de faire descendre dans le corps physique suffisamment de lumière, de substance-énergie-lumière, pour en élever le taux vibratoire jusqu'au niveau du taux vibratoire de la lumière elle-même de telle sorte qu'il devient lumière et s'élève au-dessus du brouhaha énergétique connu de l'être humain ordinaire. L'outil utilisé pour faire descendre cette lumière dans notre octave s'appelle l'amour, et c'est ce que toutes les traditions ont toujours avancé, et ce que le mental humain a tellement de mal à reconnaître.

  Nous essaierons de toujours garder cela en mémoire dans les développements ultérieurs, c'est à dire que c'est l'asension qui est le but, et l'amour qui est le moyen. Et nous mettrons en avant les enseignements donnés par les Maîtres avant tout autre, en citant en premier le discours de Nada ascensionnée, ici, qui explique en quoi c'est si simple et pratique d'être ascensionné. Elle fait partie des personnes qui ont ascensionné autour de Godfré, et elle pose la question, ou presque: mais qu'est-ce qui nous retient ?...